Pour y remplir les journées d'une contrée mélancolique - en cours.

To fill the days of a melancholy country - ongoing.

I came to photography via the reality of history textbooks. Through photography, I observed, and recorded. I tried to testify and to understand. But I learned that reality is deceiving.

These photographs owe more to the darkroom than to the decisive moment. I like the laborious slowness of the process, at odds with the speed, profusion and the volume of digital photography that the Belgian photographer, Gilbert Fastenaekens, refers to a diarrhea of images. When making these photographic prints, I see myself as a sculpter, cutting into matter, whilst filling the days of a melancholy country.

--

Pour remplir les journées d'une contrée mélancolique - en cours.

Je suis venu à la photographie par le réel des manuels d'histoire. Par la photographie, j'ai observé, enregistré, essayé de témoigner, de comprendre. Mais le réel, c'est décevant.

Ces photographies se font un peu plus à la chambre noire qu’au déclenchement. J’aime la lenteur laborieuse du procédé, opposé à la profusion et au volume du numérique, la diarrhée d'images comme dirait le photographe belge Gilbert Fastenaekens. Des "cut up" les accompagnent. Comme pour les photographies, je taille dans une matière, pour remplir les journées d’une contrée mélancolique.

retour
counter

Pour y remplir les journées d'une contrée mélancolique - en cours.

<