Pierre Hybre

close

Game Over

Game Over, focuses on a public space in which the famous Foire du Trone fairground, installed every spring on the edge of Paris, plays the lead role.

Pierre Hybre has chosen a frontal portrait of the visitors of all ages at this popular attraction. We see them wander the aisles, with their exuberant colors, their noise, and the overbearing smell of cotton candy. He could have been tempted by a critical approach to popular leisure and amusement, with it’s sometimes absurd scenes randomly encountered during his visits. Suburban kids alone or in groups, couples with or without children, girls gangs, adults and children alike, all of whom come here with their child's soul, the lucky winners leaving with arms full of plush, oversized trophies. Without failing to make us smile, Game Over emits an oppressive atmosphere of idleness and boredom. This is the paradox of the carnival: the facade of amusement never quite manages to relieve us of the boredom that brought us here in the first place.
Through his immersion in popular culture, Pierre Hybre continues his photographic observation of France and the French, and delivers here another facet of contemporary France.

--

«Les formes de l’art n’ont d’autre origine que la fête» énonce George bataille, à la fois écrivain et historien de l’art. Selon Bataille, la fête foraine met à bas l’élitisme de la culture bourgeoise. En effet, depuis ses débuts au XIXe siècle le concept de la fête foraine a permis, spécifiquement pour les plus humbles, d’accéder à un «agrégé du monde», a constitué une porte d’accès à des technologies innovantes comme la photographie ou le cinématographe, un rouage informatif par le caractère nomade des forains qui se faisaient les hérots des actualités locales.
Cette série photographique fait echo à cette maxime et traite du rituel de la fête dans le contexte d’un parc d’attraction forain : la Foire du Trône, la plus connue des 35 000 fêtes foraines annuelles françaises, installée depuis plusieurs décennies entre Paris et la banlieue.
Ce parc d’attractions forain, est à la fois un espace fermé sur lui-même, un ensemble de petits théâtres où les visiteurs, issus de tous milieux, sont les acteurs de cette fête. Ce qui pourrait être réduit à une esthétique du mauvais gout pour certains, reste l’image même du divertissement populaire.
Sans manquer de nous faire sourire, cette série photo qui s’intitule Game Over laisse pourtant échapper une atmosphère pesante où flotte le désoeuvrement. C’est tout le paradoxe de la fête foraine, car derrière la façade du divertissement, on y vient aussi pour y trainer son ennui.
A travers une plongée dans la culture populaire, Pierre Hybre, poursuit son travail photographique sur le territoire et la société française.

retour
counter

Game Over

<
caption
>