Ed Alcock

close

Entre chien et loup

by Ed Alcock, with an accompanying text by Vincent Jolly

Exhibition at the Festival Photo La Gacilly : 3 June - 30 September 2017

“Last winter,” writes Ed Alcock, “I travelled the roads of the Morbihan, in Brittany, to explore the evanescent connection between man and beast, through an exploration of the childhood memories and dreams of individuals who have maintained an exceptionally strong relationship with animals. I discovered a world of hen-hugging children, nostalgic taxidermists, burned childhood toys, canine turkey-thieves and philosophical veterinarians. These are their portraits, accompanied by their handwritten secrets.”

This photographic series, carried out in partnership with La Gacilly Festival and the Morbihan Departmental Council, gave Ed Alcock an opportunity to criss-cross these parts of Brittany for the first time. “In French, there’s an expression that’s hard to translate into English,” explains the British-born photographer. “Entre chien et loup” (literally, ‘between dog and wolf ’) is a way of describing the light at a certain time of day. I find this expression perfectly suited to the exhibition. It not only captures the majority of the atmospheres in it, but also the duality between man and beast. Taking me into their trust, the inhabitants of the region showed me how they all have a great and highly personal rapport with nature.”

From Vannes to Carnac, from Saint-Jean-Brévelay to Trédion, Guillac and Saint-Nolff, Ed Alcock weaves an atypical portrait of a region through the intimate lives of the local men and women who personify these places. The result is a series of images infused with the cold of the Brittany winter on display at a summer Festival. This incongruity underscores Alcock’s photographic language, which explores the invisible identity of a land steeped in mystery. This sentiment can be perceived in the lost expression of a fire- fighter standing alone in the middle of the woods, who, while being interviewed by the photographer, spontaneously drew the outline of a dog on a scrap of paper, accompanied by the quickly scribbled words: J’ai toujours été entre chien et loup (“I’ve always been somewhere between dog and wolf”).

//

« L’hiver dernier, écrit Ed Alcock, j’ai arpenté les routes du Morbihan pour explorer le lien évanescent de l’homme à l’animal. A travers l’exploration des rêves et des souvenirs d’enfance d’hommes et de femmes. Je suis allé à la rencontre de ces individus qui ont conservé une relation particulière et familière très forte avec les animaux. J’ai découvert une faune peuplée d’enfants enlaçant des poules, de taxidermistes nostalgiques, de doudous brûlés, de chiens voleurs de dinde et de vétérinaires philosophes. Je livre ici leurs portraits accompagnés de confidences manuscrites. »

Pour Ed Alcock, ce travail réalisé en partenariat avec le festival de La Gacilly et le Conseil départemental du Morbihan a été l’occasion de fouler pour la première fois ces terres bretonnes. « En français, il existe une expression que nous avons du mal à traduire en anglais, raconte ce photographe d’origine britannique : ‘Entre chien et loup’, cette façon de décrire une certaine lumière dans la journée. Je trouve cette expression très à propos pour cette exposition. Elle évoque non seulement la plupart des ambiances qu’on y retrouve, mais également cette dualité entre l’homme et l’animal. En acceptant de se confier, les habitants de cette région m’ont montré qu’ils possèdent tous, chacun à leur manière, un très grand rapport à la nature. »

De Vannes à Carnac, de Saint-Jean-Brévelay à Trédion, Guillac et Saint-Nolff, Ed Alcock a tissé le portrait atypique d’une région à travers l’intimité de ceux et celles qui l’habitent et la font vivre. En découlent des images frappées du froid hivernal breton que l’on découvre lors du Festival dans un écrin estival. Un décalage soulignant l’écriture photographique d’Alcock qui explore l’identité invisible d’une terre imprégnée de mystère. Un sentiment que l’on retrouve dans le regard perdu de ce pompier seul au milieu des bois qui, lors de son entretien avec le photographe, spontanément, dessine sur un morceau de papier une silhouette canine accompagnée de ces quelques mots écrits à la hâte : « J’ai toujours été entre chien et loup ».

retour
counter

Entre chien et loup

<
caption
>